Menu

Droit de visite et d’hébergement : rôle de l’avocat de famille

En situation de séparation ou dans le cadre d’un divorce à l’amiable, les époux ont l’obligation de se mettre d’accord sur la résidence principale de l’enfant. Beaucoup de paramètres entrent en jeu pour ce faire : situation géographique, emploi des parents, scolarité de l’enfant… À défaut d’accord, le passage devant le juge des affaires familiales est nécessaire, et le rôle de votre avocat est essentiel dans la préparation du dossier.


 

 Droit de visite

Droit de visite et d’hébergement : ce qu’il faut savoir

Lorsqu’un divorce est prononcé, le droit de visite et d’hébergement s’adresse au parent qui n’a pas la garde des enfants. Ce droit n’est pas à confondre avec la garde alternée des enfants. Concrètement, le droit de visite et d’hébergement consiste, pour le parent bénéficiaire, à voir son enfant ou ses enfants un week-end sur deux, et une partie des vacances scolaires.

Cette disposition pourrait être simple entre les deux parents, si ces derniers s’accordaient sur chaque point des modalités. Mais ceci n’est pas toujours le cas. C’est encore plus compliqué lorsqu’il s’agit d’une famille recomposée.

Contactez-moi

 Droit de visite

Votre Avocat en droit de visite à Grenoble

Maitre Anaïs Bourgier, avocate au Barreau de Grenoble depuis plus de 10 ans, assiste et conseille en droit de famille les couples en situation de divorce. Elle joue le rôle d’intermédiaire entre les parents et le juge, et représente les intérêts de son client.

Après un examen approfondi de votre dossier, maitre Bourgier mettra tout en œuvre pour faire valoir votre droit et convaincre le juge des affaires familiales. L’avocat présentera tous les faits qui motivent votre demande et s’alignera sur une ligne de défense qui considère avant tout l’intérêt des enfants.

Il est à noter que ce droit de visite et d’hébergement ne concerne que les enfants mineurs. Le juge des affaires familiales n’a plus compétence à se prononcer sur les mesures d’exercice du droit de visite dès lors que l’enfant a atteint sa majorité.

Contactez-moi

Consultez également :